Die Schweizer Landwirtschaft 2021 - extremes Jahr sorgt für historisch tiefe Ernten

23.12.2021

23 décembre 2021 - (Source © lid.ch) - Rédigé par le Service d'information agricole LID Montage et textes : Renate Hodel et Jonas Ingold

Une année extrême pour des récoltes historiquement faibles

Sommaire. La météo n'a rien laissé de côté en 2021. Des gelées tardives, de nombreuses précipitations accompagnées d'inondations et de violentes tempêtes de grêle ont eu un impact considérable sur la récolte dans de nombreux endroits. Après tout, la chute a encore sauvé l'un ou l'autre.

Certains fruits d'été ont été durement touchés par les intempéries. Dans le cas des prunes, seuls 40 pour cent de la moyenne quinquennale ont pu être récoltés, et dans le cas des abricots, seulement 35 pour cent. Les choses se sont mieux passées avec les baies - également parce que beaucoup sont protégées par des tunnels en aluminium.

Presque pas de poires à cidre

Dans le cas des pommes, le solde a varié selon les variétés, mais très peu de pommes à cidre ont été récoltées. La dernière fois que les poires à cidre étaient si pauvres, c'était en 1993.

Des nuits glaciales, des orages avec inondations et de la grêle ont également affecté la récolte des légumes. Normalement, aucune laitue ne doit être importée en été, cette année, environ la moitié des marchandises manquaient temporairement en juillet et août. La situation s'est quelque peu améliorée à l'automne. Cependant, la situation occupera l'industrie des légumes jusqu'à l'année prochaine, car les légumes entreposés sont également touchés.

Moins de pression des maladies sur les betteraves

Selon les estimations, la récolte de pommes de terre pour les produits conventionnels est d'environ 30 % inférieure à la moyenne quinquennale, et pour les produits biologiques, environ la moitié. Mais la qualité des pommes de terre récoltées est bonne. Les usines sucrières ont également été sous-utilisées en raison de la récolte plutôt faible, même si la récolte de betteraves s'est avérée meilleure que prévu. De plus, la pression des maladies sur les betteraves a été plus faible que les autres années.

La récolte de céréales panifiables est inférieure d'environ 30 % à celle de l'année précédente et la demande de colza pour les produits suisses ne peut être satisfaite.

En viticulture, cela se présente différemment selon les cantons. Alors que la récolte en Valais n'est que la moitié de la normale, les Grisons se situent juste en dessous de la moyenne. La qualité des vins doit être très bonne.

La forêt, quant à elle, s'est réjouie de la grande quantité de précipitations et a finalement pu récupérer quelque peu après les années sèches précédentes.

Historiquement peu de miel

Historisch wenig Honig

Il y a également eu de mauvaises récoltes pour les produits animaux, de sorte que la récolte de printemps pour le miel a presque complètement échoué et que la récolte d'été n'a pas pu la compenser non plus. Pratiquement aucun apiculteur ne se souvient d'un si petit rendement.

La production porcine a augmenté au second semestre. Les prix sont les mêmes qu'il y a 50 ans. Cependant, les éleveurs de porcs sont optimistes quant à l'avenir en raison de leur concentration sur une viande de qualité.

La production d'œufs a encore été à un niveau élevé cette année. La demande a repris vers les vacances, mais les entrepôts étaient encore bien approvisionnés en novembre.

La demande de volaille suisse est ininterrompue et continue de croître. La production a également augmenté cette année.

Dans l'ensemble, 2021 a été une bonne année pour l'industrie laitière suisse. Vers la fin de l'année, le volume de lait montre une légère tendance à la baisse, mais avec une bonne demande. Alors que les produits laitiers ont perdu du terrain en 2021, la production de fromage a légèrement augmenté. Il est important de profiter de l'élan et de la bonne situation du marché pour la nouvelle année.

La météo L'année a été caractérisée par beaucoup d'humidité

Selon l'Office fédéral de la météorologie et de la climatologie, l'hiver 2020/2021 a été très pluvieux en Suisse. La plupart des régions ont reçu des précipitations abondantes, en particulier le versant sud des Alpes, où l'hiver a également été très peu ensoleillé. En janvier, la Suisse orientale a également enregistré l'une des plus importantes chutes de neige fraîche depuis le début des mesures, avec des records locaux.

En mai, après les deux mois de mars et avril avec peu de précipitations, il y a eu beaucoup de pluie dans la plupart des régions de Suisse - à l'exception du versant sud des Alpes. Cette région a enregistré le quatrième ou le cinquième printemps le plus ensoleillé des 60 dernières années. De plus, la Suisse a connu le printemps le plus froid depuis plus de 30 ans. Les mois d'avril et de mai en particulier ont été froids.

L'été 2021 a été l'un des plus humides au nord des Alpes depuis le début des mesures. Dans les Alpes centrales, c'était localement l'été le plus humide des records de plus de 100 ans. L'année a été très humide, les pluies persistantes se sont arrêtées au nord des Alpes vers la mi-juilletplusieurs rivières et lacs sortent de leur lit.

En automne, le temps s'est un peu calmé et avec une vingtaine de jours ensoleillés, le mois de septembre en Suisse s'est avéré être un merveilleux mois de beau temps. Dans certaines régions, il a même été l'un des mois de septembre les plus ensoleillés des 60 dernières années et localement l'un des mois de septembre les plus doux depuis le début des mesures.

Après un mois de septembre ensoleillé, octobre en Suisse a également été un mois d'automne ensoleillé et largement sec. Les mois de septembre et d'octobre ont tous deux connu des niveaux de précipitation largement inférieurs à la moyenne : en septembre, pas même un tiers des précipitations moyennes de septembre n'est tombé, et en octobre, dans le nord et dans les Alpes, moins de la moitié des précipitations moyennes d'octobre sont tombées dans certaines régions.

Les plantes Saison difficile pour les fruits d'été

Des dommages en millions

Selon l'Association suisse des fruits (SOV), la saison des fruits d'été est littéralement tombée à l'eau : alors que le gel printanier et la grêle estivale ont causé des dégâts considérables aux cultures fruitières, au moins la culture des baies a pu défier les intempéries.

Le printemps froid avec de nombreuses nuits glaciales, l'été pluvieux et les orages avec dégâts de grêle ont conduit à un bilan qui donne à réfléchir. Alors que la récolte de cerises était encore respectable à environ 1 500 tonnes et donc 72 pour cent de la moyenne quinquennale, les prunes et les abricots ont montré une image différente: les rendements pour les prunes n'étaient que de 40 pour cent à 1 300 tonnes et pour les abricots à 2` 200 tonnes n'est que de 35 % de la moyenne quinquennale. Et les tempêtes ont non seulement endommagé les fruits et les arbres, mais aussi toute l'infrastructure. Cela a causé des dizaines de millions de dégâts.

La météo ralentit le boom des baies

Pendant ce temps, la situation semblait plus positive pour les baies. La récolte correspondait à la moyenne des cinq dernières années pour les fraises avec un bon 7 000 tonnes, les framboises avec près de 2 150 tonnes, les mûres avec 530 tonnes et les myrtilles et airelles avec 565 tonnes. C'est aussi grâce à des méthodes de culture modernes : une grande partie des cultures de baies en Suisse sont cultivées sous des polytunnels.

Cependant, les conditions météorologiques ont ralenti le petit boom des framboises et des mûres : les volumes de récolte de framboises et de mûres ont augmenté régulièrement ces dernières années et sont passés, par exemple, de 2016 avec 1 525 tonnes de framboises à 2 255 tonnes en 2020. En juillet, le SOV s'attendait toujours à une récolte nationale de 2 300 tonnes de framboises, soit une nouvelle augmentation de 50 tonnes.

Ce chiffre n'a pas été atteint au cours de la saison des récoltes et la récolte a chuté d'environ 100 tonnes par rapport à l'an dernier. Saison difficile pour les fruits d'été

La même image est apparue pour les mûres, dont les volumes de récolte ont augmenté de 280 tonnes pour atteindre 663 tonnes au cours des cinq dernières années jusqu'en 2020. Ici aussi, la récolte de cette année, à moins 130 tonnes, a été inférieure à celle de l'an dernier.

Les pommes défient le mauvais temps - les poires moins

Dans le cas des fruits à pépins de table, au moins les cultures de pommes ont relativement bien survécu aux mauvaises conditions climatiques. Avec environ 120 000 tonnes de pommes de table, le rendement était presque aussi élevé qu'en 2020. Selon le SOV, cependant, il y avait des différences selon la variété : les variétés les plus populaires Gala, Golden Delicious et Braeburn ont enregistré une augmentation du rendement - avec Boskoop, Idared, Milwa et Elstar ainsi que Gravensteiner ont cependant eu une récolte nettement inférieure, car ces cultures ont été plus durement touchées par le gel et l'alternance.

Les pertes de récolte ont été plus importantes pour les poires de table. Le rendement d'un bon 18 500 tonnes signifie un moins d'environ 20 % par rapport à l'année précédente. La densité de récolte des poires a été systématiquement inférieure à celle de l'année précédente, et la récolte de la variété Williams 8/30 a été particulièrement médiocre - avec un peu plus de 2 400 tonnes, plus de 40 % de poires Williams en moins ont été récoltées par rapport à 2020.

Récolte de cidre extrêmement profonde

Au total, 3 800 tonnes de poires à cidre et 42 250 tonnes de pommes à cidre ont été livrées aux cidreries suisses et transformées - même pas la moitié de la récolte de l'an dernier. De plus, une récolte tout aussi petite de poires à cidre a été réalisée pour la dernière fois en 1993. D'autre part, une récolte qualitativement bonne a été rentrée malgré les conditions de production difficiles liées au climat.

Malgré d'importantes mesures d'aide au marché, les cidreries disposaient cette année de stocks avant la récolte qui couvrent plus d'un an de besoins. La situation commerciale parfois difficile causée par la pandémie de Covid-19 y a également contribué. Selon le SOV, la faible récolte de 2021 entraînera une réduction des stocks.

Situation exceptionnelle avec des légumes

Les orages de l'été ont entraîné une saison difficile et inhabituelle pour les producteurs de légumes. En avril, il y a eu des nuits glaciales et en juin, il y a eu des tempêtes avec des tempêtes de grêle dévastatrices et aussi des inondations.

Tout cela a affecté la production de légumes en 2021. Certains producteurs n'étaient plus en mesure de répondre à la demande. Certains ont même eu des échecs complets. «Certains types de légumes ont été plus durement touchés que d'autres, par exemple la situation des salades était exceptionnelle», explique Markus Waber, directeur adjoint de l'Association des producteurs de légumes suisses (VSGP). Normalement, aucune laitue ne devrait être importée en été. "Cette année, cependant, environ la moitié des marchandises manquaient temporairement en juillet et en août", ajoute-t-il. À l'automne, la situation s'est quelque peu redressée grâce à de nouvelles plantations et à de meilleures conditions météorologiques.

Outre la laitue, le brocoli, le chou-fleur, la courgette et le fenouil ont également été durement touchés par les intempéries. Les importations ont été en conséquence supérieures à celles d'une année normale.

Bien qu'aucune pluie ne soit tombée dans la serre, il y a eu un manque de soleil et donc de lumière, ce qui a également signifié que la récolte a été plus faible que d'habitude. « Sur l'ensemble de la gamme de légumes, on estime que 10 à 20 % des quantités habituelles manquaient au milieu de l'été », résume Markus Waber.

A ressentir longtemps

Les effets peuvent également être ressentis dans les légumes stockés tels que les carottes ou les oignons, où l'on estime qu'entre 25 et 30 % de moins peuvent être stockés. La situation occupera l'industrie jusqu'à l'année prochaine : « Cela signifie qu'au printemps, nous devons ajouter les marchandises importées plus tôt et dans une plus grande mesure que d'habitude », explique Markus Waber.

Vin : Qualité supérieure et rendements historiquement bas

Comme d'autres industries, le temps a rendu les choses difficiles pour le vin. Les nuits glaciales d'avril ont gelé les pousses et en été, la grêle a détruit certaines récoltes. Les raisins n'aimaient pas non plus le temps frais et humide de l'été, et le mildiou, une maladie fongique, a causé de gros problèmes. Ce n'est qu'en automne que le temps s'est amélioré pour les raisins.

Selon le Winzerinfo pour la Suisse alémanique, ce fut une année difficilement surpassable en termes de gros titres négatifs. Dans la plupart des cantons, on a observé des baisses significatives du volume de récolte, certaines nettement inférieures à la moyenne décennale, par exemple à Schaffhouse, en Argovie et à Berne. A Lucerne, on parle de la plus petite récolte de tous les temps. Une image différente se dessine dans le canton des Grisons : la récolte n'y est que légèrement inférieure à la moyenne à long terme, ce qui a été rendu possible, entre autres, par les conditions optimales pendant le Wimmet. En Valais, en revanche, les choses ne se présentent pas bien à nouveau. L'association professionnelle des vins valaisans part du principe que les rendements ne seront que la moitié de ceux d'une année normale. Les vignerons ne se souviennent pas d'avoir jamais atteint des rendements aussi faibles. Le gel, la moisissure et la grêle s'en sont assurés. Mais les raisins qui ont survécu à l'année sont de la meilleure qualité.

Dans le canton de Vaud, l'année viticole a connu des hauts et des bas - mais au final, la récolte s'est avérée meilleure que prévu. Ici aussi, le mildiou et la grêle ont causé des dégâts. Globalement, la récolte vaudoise a été inférieure à la normale, selon l'Office des Vins Vaudois. Ainsi, la Communauté Interprofessionnelle du Vin Vaudois (CIVV) table sur une récolte de 19,8 millions de litres, soit près de 16 % de moins que l'année précédente. Grâce au beau temps automnal avec des journées ensoleillées et des nuits fraîches, la qualité est très bonne.

Les pommes de terre ont souffert de l'humidité

La pomme de terre a beaucoup souffert des intempéries en 2021. Ça a bien commencé, la plantation s'est déroulée dans de bonnes conditions climatiques. Le temps frais et le gel ont retardé la croissance des pommes de terre hâtives.

Puis vinrent les conditions climatiques extrêmes avec inondations et grêle. En particulier, la grande quantité d'eau a causé des problèmes pour les tubercules dans certaines régions. Les pommes de terre sont petites cette année, donc les rendements sont inférieurs à la normale. Après tout, la qualité des pommes de terre qui pourraient être récoltées est bonne.

Les quantités exactes de récolte manquent toujours, car aucune enquête de rendement n'a été réalisée en 2021 en raison de la météo exceptionnelle du mois d'août. Cependant, l'organisation professionnelle Swisspatat effectue chaque mois une enquête sur les stocks de pommes de terre. Selon Christian Bucher, directeur général de Swisspatat, selon ces données, la récolte 2021 pour les pommes de terre conventionnelles devrait être inférieure d'environ 30 % à la moyenne quinquennale, et pour les pommes de terre biologiques, environ la moitié de la moyenne des dernières années pourrait être récoltée.

Les sucreries ne fonctionnent pas à pleine capacité

La récolte de sucre est d'environ 210 000 tonnes de sucrer était inférieur à la moyenne, mais pas aussi mauvais qu'on le craignait initialement compte tenu des conditions difficiles pour les cultures arables.

Néanmoins, la sucrerie d'Aarberg et la sucrerie de Frauenfeld pourraient transformer davantage de betteraves sucrières et ainsi augmenter le degré d'autosuffisance. Environ 320 000 tonnes de sucre sont utilisées chaque année en Suisse - Schweizer Zucker AG peut en couvrir environ les deux tiers. Plus de 80 pour cent des betteraves transformées proviennent de cultures suisses, dont 82 pour cent sont cultivées selon une vérification de la performance écologique, 17 pour cent selon les spécifications IP-Suisse et 1 pour cent de manière biologique. Le reste est couvert par des importations de betteraves en provenance d'Allemagne, mais aussi de sucre fini, principalement en provenance de l'UE.

L'ensemencement de la betterave à sucre de cette année était encore normal, mais les nuits froides et glaciales du printemps avaient affecté les plantes encore jeunes et en juillet, l'humidité des conditions humides a conduit à un arrêt de la croissance et dans certains cas même à un échec total en raison de champs inondés, explique Guido Stäger, PDG de Schweizer Zucker AG. « Mais le temps n'a pas toujours été mauvais pour la betterave - par rapport aux années précédentes avec une sécheresse sévère, cette année a été un peu plus équilibrée, mais encore trop humide dans pratiquement toutes les régions », explique Stäger.

En conséquence, les conditions humides ont eu un impact majeur sur le rendement et la teneur en sucre. Le bel automne a pu compenser certaines choses, notamment la teneur en sucre avait augmenté. Par rapport au chou souvent sain et fort, seules les betteraves de taille moyenne pouvaient être déterrées en dessous lors de la récolte. Après tout, les producteurs de betteraves ont eu moins à faire face au jaunissement viral ou au syndrome des basses richesses (SBR) cette année - la pression de la maladie sur la betterave à sucre était généralement moins prononcée que les autres années.

Les planteurs de betteraves sont recherchés

Le nombre de producteurs de betteraves a souffert ces dernières années. En 2021, il y avait encore près de 4 000 producteurs de betteraves suisses, soit près de 300 de moins que l'année précédente. Cela affecte également la productivité de l'usine : « Nous avons encore besoin de plus de betteraves », lance Guido Stäger aux agriculteurs. Schweizer Zucker AG fait beaucoup pour convaincre les agriculteurs suisses de reprendre la culture de la betterave sucrière. Le cadre politique, qui est à nouveau sécurisé jusqu'en 2026, serait utile car il garantit un niveau élevé de sécurité de planification et il est également financièrement intéressant de replanter des betteraves. De plus, la compatibilité d'une culture de betterave sucrière durable et écologique mais économique reste un défi. Contrairement à l'UE, l'interdiction de l'insecticide «Gaucho» pour le traitement des semences reste en vigueur en Suisse.

Bien sûr, le mordant «Gaucho» était un moyen très efficace - mais maintenant il est important de regarder vers l'avenir et de trouver des solutions alternatives pour lutter contre le jaunissement viral avec des mesures plus écologiques, déclare Guido Stäger : «La recherche bat son plein et nous aussi optimiste - nous voulons tous des pesticides respectueux de l'environnement, mais l'industrie sucrière doit également pouvoir fonctionner de manière économique.

Un tiers de grains panifiables en moins

Brot und Backwaren der Schweiz

La récolte céréalière de cette année a été caractérisée par de faibles rendements et de faibles volumes de récolte. Des pertes ont été enregistrées pour toutes les cultures. Le blé panifiable avec moins 30 %, ainsi que l'épeautre avec moins 24 % et le seigle même avec moins 55 %, selon l'organisation sectorielle pour les céréales, les oléagineux et les protéagineux Swiss Granum, ont affiché des quantités de récolte nettement inférieures cette année par rapport à l'année dernière.

Dans l'ensemble, la récolte de cette année a donné lieu à une quantité de céréales panifiables pouvant être cuites de 304 079 tonnes, soit plus de 110 000 tonnes de moins qu'en 2020. Les rendements moyens ont été faibles pour toutes les cultures en raison des conditions météorologiques et le blé panifiable, l'épeautre et le seigle ont été gravement affectés par la germination. Cependant, les céréales panifiables non boulangères d'environ 95 000 tonnes peuvent être commercialisées dans le secteur de l'alimentation animale.

De faibles rendements moyens ont également été enregistrés pour les types de céréales fourragères. La récolte d'orge a été inférieure de 20 000 tonnes à celle de l'an dernier, la récolte de triticale a été inférieure de 9 000 tonnes et la récolte de maïs grain, à 97 660 tonnes, n'a même pas atteint la moitié du rendement de l'an dernier. Stephan Scheuner, directeur de Swiss Granum, explique pourquoi les raisons sont encore spéculées : « D'une part, il y a certainesr le temps avec les orages de grêle et les rendements fondamentalement faibles sont responsables du faible volume de récolte. Par contre, un quart de la récolte de cette année est allé au maïs en silo et cette quantité manque maintenant au maïs grain.»

Dans l'ensemble, il y a eu une récolte de céréales fourragères de près de 523 000 tonnes - plus de 30 000 tonnes de moins que l'an dernier, y compris les céréales panifiables non cuisinables.

Oléagineux : Demande de colza non couverte

Schweizer Raps

Les oléagineux donnent également des récoltes plus faibles cette année : dans le cas du colza, les effets des conditions météorologiques et la pression accrue des ravageurs se font sentir dans une récolte plus faible. L'accord-cadre pour la production sous contrat aurait garanti aux producteurs suisses un achat de 106 000 tonnes pour cette année. Dans l'ensemble de la Suisse, cependant, seules 77 073 tonnes de colza ont été récoltées cette année, soit environ 12 % de moins que l'année précédente et une différence d'environ 30 000 tonnes par rapport à la quantité d'achat garantie. La demande de colza domestique ne peut être couverte avec ce volume de récolte.

La récolte provisoire de tournesol de 11 142 tonnes n'est que légèrement inférieure à celle de l'année précédente - cependant, plus de tournesols ont été cultivés sur 300 hectares cette année, ce qui aggrave considérablement le bilan. De plus, la récolte de l'an dernier a été inférieure à celle de 2019 et la production de tournesol a continué de souffrir en conséquence.

Avec 5 318 tonnes, la récolte de soja de cette année est l'une des rares cultures à ne pas être inférieure à la récolte de l'an dernier. Environ 300 tonnes de soja supplémentaires ont été récoltées, mais là aussi les chiffres doivent être relativisés, car la production de soja a également enregistré une augmentation des surfaces. Le soja a été cultivé sur 200 hectares de plus - par rapport à l'année précédente, des pertes ont également été enregistrées ici. Le soja a apparemment moins souffert des conditions défavorables que les autres cultures

Une année mouvementée pour la forêt suisse

Schweizer Wald bei agroswiss

C'est grâce aux fortes pluies du début d'année que la forêt suisse a pu se remettre des deux étés record de sécheresse de 2018 et 2019, qui ont entraîné d'importantes quantités de bois endommagé. Les produits bois pour la construction ont atteint des prix record, dans certains cas leur prix a quadruplé en quelques mois.

Dans la forêt suisse, cependant, ces augmentations de prix sont à peine perceptibles. Le prix du bois des forêts suisses était à un niveau historiquement bas jusqu'à la mi-2021. Plus de la moitié des exploitations forestières suisses ont enregistré des déficits en 2020. Pour cette raison, WaldSchweiz a exigé en avril que le prix du bois dans toutes les gammes augmente d'au moins un tiers. Le message est passé : les prix se sont légèrement redressés vers la fin de l'année. En outre, Daniel Fässler, président de ForestSwiss, a soumis une initiative parlementaire au Conseil des États intitulée «Recommandations de prix pour le bois des forêts suisses aussi». L'objectif est de garantir que des prix indicatifs pour le bois suisse pourront être établis à l'avenir. Cela devrait aider à obtenir enfin des prix équitables pour la matière première précieuse et indigène de la forêt suisse. Texte : Florian Landolt, WaldSchweiz

Les animaux

Lait en bon état de conservation à conserver

Selon l'Association des producteurs de lait suisses (SMP), l'année 2021 a été positive pour l'industrie laitière suisse en Suisse, mais a également exigé beaucoup de flexibilité. Le volume de lait a pratiquement stagné en octobre à plus 0,3 pour cent avec une tendance à la baisse et avec une bonne demande. La forte demande dans le commerce de détail causée par le coronavirus en 2020 est revenue à la normale, mais reste actuellement supérieure aux niveaux de 2019.

La baisse des produits laitiers d'environ 3 pour cent a été compensée dans d'autres domaines. La production de fromage a augmenté de 1,7 pour cent de janvier à octobre. Au cours de la même période, les exportations de fromage ont augmenté de 8,2 % et la pression des importations, qui a également augmenté de 5,9 %, s'est quelque peu atténuée.

La production de beurre au plus bas En 2020, la production de beurre était au plus bas - également en raison du coronavirus. Cela devrait être inférieur de 3 à 4 % au cours de l'année 2021 en cours, principalement en raison de l'évolution au quatrième trimestre d'unls 2020. Cependant, en raison de la libération anticipée des importations pour d'autres marques, il y avait toujours suffisamment de beurre suisse disponible pour approvisionner les marques Swissness "Floralp" et "Die Butter" sans aucune lacune. Au total, environ 3 200 tonnes d'importations de beurre ont été nécessaires.

Cette évolution du marché, soutenue par une mauvaise situation alimentaire due aux conditions météorologiques, a fait du lait suisse une denrée recherchée en 2021. Le prix du lait de laiterie en Suisse a augmenté d'environ 4 centimes et celui du lait de fromagerie de près de 3 centimes en moyenne. Les prix indicatifs A et B du lait de vache ont également été relevés au cours de l'année de 2 centimes à 73 centimes et 2,4 centimes respectivement. Selon le SMP, l'évolution montre également que l'offre d'introduire le "tapis vert" le 1er septembre 2019 a désormais laissé une marque durable sur le marché.

Tendance vers un lait plus durable

En 2021 également, le positionnement du lait suisse sur le marché était une priorité. D'une part, une campagne d'information sur la durabilité du lait suisse a été lancée et, d'autre part, les travaux se sont poursuivis pour motiver d'autres producteurs de lait à participer au standard de la branche pour un lait suisse durable, le «tapis vert». Aujourd'hui, environ 11 500 producteurs satisfont à la norme, ce qui représente 85 % du lait de vache suisse et un bon 20 % du lait de fromagerie. La tendance se poursuit, notamment avec le lait de vache. La norme est un différenciateur important pour le lait et les produits laitiers suisses par rapport à la concurrence étrangère.

Le lait suisse restera une denrée rare en 2022. Les experts du marché s'attendent à ce que la demande de lait et de produits laitiers augmente de plus de 20 % dans le monde au cours des 10 prochaines années, avec une stagnation des volumes de lait. Ces bonnes conditions doivent également être mises à profit en Suisse pour réaliser de nouvelles améliorations économiques.

La situation à l'étranger

Sur les cinq plus importants pays exportateurs de lait au monde - la Nouvelle-Zélande, les États-Unis, l'Australie, l'Argentine et l'Europe - seule l'Argentine a enregistré une croissance de sa production laitière cette année. La demande asiatique restant forte dans le même temps, les prix du lait en poudre, du beurre et du fromage sur le marché mondial ont atteint des niveaux record vers la fin de 2021.

Des tendances similaires étaient également évidentes en Europe en 2021. Par exemple, la production de lait en Allemagne est tombée à son plus bas niveau depuis 2017 à moins 1,5 %. La bonne situation du marché mondial a également stimulé les marchés européens du lait pour le beurre, le fromage et la poudre de lait. Dans ce contexte, les prix à la production dans l'UE ont franchi la barre magique des 40 centimes d'euro.

Saison alpine difficile

Alpwirtschaft in der Schweiz

La saison alpine 2021 a été caractérisée par un upwelling alpin tardif et des conditions météorologiques fraîches et humides, qui ont entraîné une baisse des rendements fourragers, laitiers et fromagers dans la plupart des régions. Les nombreux jours de pluie ont exigé beaucoup d'endurance et une bonne gestion des pâturages de la part des alpins, explique Andrea Koch, directrice de l'Association alpine suisse (SAV).

Cette année, il est devenu clair quel est le plus gros problème à moyen terme pour l'agriculture alpine : le loup. La situation s'est à nouveau détériorée : les mesures de protection des troupeaux sont de plus en plus contournées et le nombre de veaux et de bovins tués a considérablement augmenté. « Le système actuel de protection et de réglementation des troupeaux ne rend en aucun cas justice à cette situation. Les agriculteurs alpins et les propriétaires d'animaux se sentent frustrés, impuissants et impuissants », déclare Koch. Une adaptation rapide de la loi sur la chasse est donc une priorité absolue pour le SAV.

Porc : Des prix comme il y a 50 ans

Schweizer Fleisch

L'augmentation des prix au cours des 50 dernières années est de 270 %, mais les prix du porc à la ferme sont inchangés malgré l'augmentation des coûts. Adrian Schütz de Suisseporcs, l'Association suisse des éleveurs de porcs et des producteurs de porcs, souligne que les éleveurs de porcs bien formés attendent avec impatience les années à venir avec des besoins croissants en protéines pour une population croissante, une qualité élevée et un engagement passionné.

"L'équilibre entre les besoins quotidiens dans l'assiette et la production de porcelets naturellement à long terme est un défi", déclare Schütz. En cas de sous-approvisionnementg La Suisse perd de la valeur ajoutée globale et du bien-être animal en raison du déplacement avec les importations. Avec l'augmentation actuelle de la quantité de porc dans la seconde moitié de l'année, cependant, les revenus du travail quotidien dans l'écurie se sont malheureusement effondrés. «De ce fait, les investissements nécessaires ne peuvent plus être réalisés. Dans le cycle porcin, l'expérience a montré que la contre-réaction dure deux ans ou plus », explique Schütz.

Les éleveurs de porcs en Suisse ont de petites structures rurales. Les consommateurs disposent d'un large choix de viandes suisses provenant d'autres programmes de bien-être animal, d'écologie et d'élevage. Selon Adrian Schütz, environ 60 % de l'ensemble de la gamme répondent aux exigences d'étiquetage étendues. Seulement la moitié d'entre eux sont achetés avec une valeur ajoutée, la part du bio est inférieure à 2 %. « L'initiative de l'élevage industriel en particulier aurait de graves répercussions sur les exploitations d'élevage. Quelque chose est demandé qui ne s'achète pas. Tout le monde devrait alors respecter le niveau biologique en termes de conditions de conservation, ce qui rendrait la conservation et donc les prix à la consommation énormément plus chers et restreindrait radicalement la gamme », explique Schütz.

Il y a une prise de conscience croissante des cycles fermés, des offres régionales et de la nutrition basée sur les besoins pour les personnes et les animaux. Un postulat récemment adopté par le Parlement confie au Conseil fédéral la tâche d'élaborer une politique alimentaire globale. Tous les niveaux doivent y être impliqués et apporter leur contribution à l'amélioration de la durabilité lors de l'alimentation. Parallèlement, l'agriculture locale devrait pouvoir conserver sa part de marché. Adrian Schütz est convaincu que les porcs suisses ont joué un rôle clé dans l'utilisation des sous-produits et avec des avantages supplémentaires pour le biogaz, la formation d'humus et des substances précieuses pour la fertilité des sols.

L'industrie se concentre également sur la santé animale : depuis avril 2021, les éleveurs de porcs ont mis en œuvre le programme de santé Plus, ont introduit avec succès le journal de traitement électronique et ont ainsi créé la transparence. Selon Schütz, c'est unique.

La semence de porc comme succès à l'exportation

Le succès des exportations de sperme de porc montre également que l'élevage porcin suisse évolue dans la bonne direction. Début mars, l'entreprise de sélection Suisag a exporté pour la première fois de la semence fraîche vers l'Afrique. Des immigrés américains veulent utiliser la génétique suisse pour mettre en place une production porcine professionnelle. Ce n'est qu'un peu plus tard que Suisag a annoncé la coopération avec l'association d'élevage belge VPF. Et début novembre, Suisag a créé une filiale qui dessert les marchés allemand, belge et néerlandais.

La production d'œufs augmente à nouveau de manière significative

Schweizer Eier legen zu

La production d'œufs a commencé la nouvelle année à un niveau élevé, bien que le début de l'année ait été, comme d'habitude, caractérisé par des changements de troupeaux : Pour s'assurer qu'il y avait suffisamment d'œufs suisses sur les étagères pour Pâques, les changements de troupeaux sont planifiés à l'avance afin que les capacités de grange disponibles sont utilisées de manière optimale en mars pouvoir. La demande d'œufs est également restée élevée en raison de la pandémie de coronavirus en cours et des mesures d'accompagnement, et la production d'œufs biologiques n'a pas toujours été suffisante pour répondre à la demande supérieure à la moyenne. En revanche, la demande d'ovoproduits destinés à la consommation hors domicile était à un niveau inférieur, de sorte que l'approvisionnement dans ce domaine a pu être assuré sans problème.

Malgré l'augmentation significative de la production nationale d'œufs, environ 2 000 tonnes d'œufs de table supplémentaires ont été importées au printemps par rapport à la même période deux ans plus tôt - dans l'année pré-coronavirus 2019.

Après Pâques, la demande a ensuite chuté plus fortement que prévu et tous les œufs de table n'ont pas été repris par le marché, ce qui a entraîné une légère surproduction.

57 millions d'œufs de plus

Avec l'assouplissement des mesures pandémiques, la consommation s'est de nouveau déplacée davantage hors du domicile, mais les établissements de restauration et les services de restauration continuaient de commander prudemment. De plus, le nombre de poules pondeuses a continué d'augmenter, de sorte que 5,2% d'œufs suisses supplémentaires ont été pondus fin juillet. Par conséquent, beaucoup moins d'œufs en coquille et d'œufs transformés ont été importés.

Parce que la demande est restée inférieure à la moyenne en été - la crise estivale a été plus importante que prévu et la demande a été inférieure à celle de l'année pré-coronavirus 2019. Avec le temps frais, la demande d'œufs n'a augmenté que lentement et est restée faible en automne. En conséquence, les stocks n'ont pu être réduits que lentement. En raison des niveaux de stocks élevés en été et du faibledemande d'œufs transformés suisses, ceux-ci devaient être commercialisés au prix des œufs importés. En revanche, l'importation d'œufs de transformation a été nettement inférieure : 901 tonnes de moins qu'en 2020 et 1 761 tonnes de moins qu'en 2019. Néanmoins, l'industrie a demandé un quota supplémentaire pour les œufs de table. Étant donné qu'environ 2 000 tonnes d'œufs supplémentaires ont été importées au printemps en raison de la pandémie, on craignait que cette quantité ne manque à la fin de l'année. Fin novembre, 602 tonnes d'œufs de table de plus ont finalement été importées qu'en 2020 et 216 tonnes d'œufs de table de plus qu'en 2019. Cependant, depuis début juin, moins d'œufs ont été importés globalement que l'année précédente.

La production suisse d'œufs s'est poursuivie à un niveau élevé pendant l'hiver. Le nombre de poules pondeuses a continué d'augmenter, de sorte qu'à la fin octobre, près de 57 millions d'œufs suisses de plus étaient pondus qu'à la même période l'année dernière - à la fin octobre, il y avait un total d'environ 950 millions d'œufs. Bien que la demande d'œufs dans le commerce de détail ait repris, en partie à cause de la prochaine saison de cuisson, la demande ne s'est encore que lentement rétablie du creux de l'été - en conséquence, les entrepôts étaient encore pleins en novembre. Enfin, selon les estimations d'Aviforum, la production nationale en 2021 était supérieure de 7,7 % à celle de l'année précédente. Cela signifie 81,7 millions d'œufs de plus que l'année précédente. Au total, environ 3,5 millions de poules ont pondu 1` 145 millions d'œufs en 2021. La production d'œufs biologiques a contribué au-dessus de la moyenne à cette croissance. L'année dernière, il a augmenté de plus de 11% pour atteindre 219 millions d'œufs.

Production de viande bovine en légère baisse

De janvier à octobre 2021, la production de viande bovine en Suisse était inférieure de 0,7 % au chiffre de l'année précédente, selon les chiffres d'Agristat. Dans le cas de la viande de veau, la baisse a été plus prononcée à 5,1 pour cent. D'autre part, selon l'organisation professionnelle Proviande, les veaux de janvier à octobre étaient légèrement plus lourds en moyenne qu'à la même période de l'année précédente.

Selon Agristat, les prix des munitions, des bœufs et du bétail sont restés à un niveau élevé en novembre. Les prix des veaux de boucherie sont également à un niveau élevé.

Demande constante de viande de volaille suisse

La forte reprise de l'aviculture observée depuis 2006 se poursuivra en 2021 et devrait augmenter la valeur de la production d'environ 5% à 0,7 milliard de francs cette année.

En 2020, la production totale de poulet était de 103'865 tonnes. Selon Agristat, entre janvier et octobre de cette année, 3,5 % de volailles domestiques de plus ont été abattues et transformées qu'au cours de la période correspondante de l'année précédente. Les éclosions de poussins signalées jusqu'à la fin octobre continuent d'afficher une augmentation de 6 % par rapport à la même période l'an dernier. Selon les producteurs de volailles suisses, les trappes sont toutefois peu utiles pour faire des prévisions, car il n'est pas possible de prévoir le poids auquel les poulets seront abattus. Cependant, les chiffres indiquent que les consommateurs seront également ravis d'acheter de la volaille suisse en 2021.

Historiquement peu de miel

Le mauvais temps de cette année a également considérablement réduit la récolte de miel des apiculteurs suisses : en moyenne, il y avait 7,2 kilogrammes de miel par colonie d'abeilles en 2021 - la récolte de miel de cette année est 75 % inférieure à celle de l'année dernière et le miel en vente est également plus cher. en raison de la rareté devenir. Selon l'organisation faîtière des associations apicoles suisses Apisuisse, très peu d'apiculteurs en Suisse se souviennent d'une récolte aussi exceptionnellement mauvaise que cette année.

Après la récolte record de l'année dernière avec jusqu'à 40 kilogrammes par colonie d'abeilles dans certains cantons, l'année 2021 s'est présentée sous un tout autre jour : parce que le printemps était trop froid et humide, la récolte de miel de printemps était déjà médiocre et les quantités de miel d'été a également beaucoup souffert du temps avec beaucoup de pluie, des orages de grêle et des inondations. En conséquence, les abeilles ne pouvaient pas voler pour récolter le nectar et polliniser les fleurs des prés et les arbres fruitiers. Les abeilles devaient même être nourries régionalement, sinon elles seraient mortes de faim.

Dans toute la Suisse, la récolte moyenne de miel de printemps n'était que de 1,9 kilogramme par colonie d'abeilles - l'année précédente, elle était en moyenne de 11,2 kilogrammes par colonie d'abeilles. Le mauvais temps a empêché une bonne floraison de la forêt en été, mais de courtes périodes d'apaisement du temps ont aidé les abeilles à développer des sources de nectar spéciales telles que les fleurs de tilleul et les fleurs tardives de ronce. En conséquence, la récolte moyenne de miel d'été dans toute la Suisse s'est élevée à 5,3 kilogrammes par colonie d'abeilles, ce qui était nettement inférieur aux 18,7 kilogrammes récoltés l'année précédente. Seul le canton du Tessin est resté dans le costume mois de SchlLe temps réel a été largement épargné et, malgré une baisse par rapport à l'année précédente, a quand même pu atteindre une quantité totale de miel de 25,9 kilogrammes par colonie d'abeilles. Plus du double des "meilleurs" cantons au nord des Alpes. Historiquement peu de miel

Sources et informations complémentaires

Agristat, www.agristat.ch Agroscope, www.agroscope.ch Apisuisse, www.apisuisse.ch Organisation de la filière lait , www.ip-lait.ch Office fédéral de l'agriculture, www.blw.admin.ch Office fédéral de la statistique, www. bfs.admin.ch Administration fédérale des douanes, www.ezv.admin.ch GalloSuisse, www.gallosuisse.ch MétéoSuisse, www.meteoschweiz.ch Association suisse des agriculteurs, www.sbv-usp.ch Producteurs de lait suisses, www.swissmilk. ch Éleveurs de volaille suisses, www.schweizer-gefluegel.ch Association fruitière suisse, www.swissfruit.ch Schweizer Zucker AG, www.zucker.ch Association alpine suisse SAV, www.alpwirtschaft.ch Swiss Granum, www.swissgranum.ch Swisspatat, www.kartoffel.ch Swiss Wine Promotion , www.swisswine.ch Association suisse des producteurs de légumes, www.gemuese.ch WaldSchweiz, www.waldschweiz.ch

Sources des images Pixabay.com. & Images par: LID